Il était une fois une femme avec sa fille qui avaient un beau jardin de choux. Un lapin y vint, à la saison d’hiver, et voilà qu’il leur mangeait tous les choux. Alors la femme dit à sa fille :

  • Va au jardin et chasse-moi le lapin !
  • Ouste ! ouste ! dit la fille. Petit lapin, tu nous boulottes tous les choux !
  • Viens, fillette, dit le lapin, mets-toi sur ma queue de petit lapin et suis-moi dans ma chaumière de petit lapin.

La fille ne veut pas.

Le lendemain, revient le petit lapin qui mange encore les choux, et la femme dit à sa fille :

  • Va au jardin et chasse-moi le lapin !
  • Ouste ! ouste ! dit la fille. Petit lapin, encore tu nous bou- lottes nos choux !
  • Viens, fillette, dit le lapin, mets-toi sur ma queue de petit lapin et suis-moi dans ma chaumière de petit lapin.

La fille ne veut pas.

Le surlendemain, voilà le petit lapin revenu, en train de boulotter les choux. Alors, la mère dit à sa fille :

  • Va au jardin et chasse-moi le lapin !
  • Viens, fillette, dit le lapin, mets-toi sur ma queue de petit lapin et suis-moi dans ma chaumière de petit lapin.

La fille s’assied sur le petit bout de queue du lapin, qui file au loin et la mène dans sa chaumière.

  • Maintenant, fillette, fais bouillir le chou vert et le millet, je vais inviter les gens de la noce.

Et les invités de la noce arrivèrent tous ensemble. Mais qui étaient les gens de la noce ? Je peux te le dire parce que c’est ce qu’on m’a raconté : les invités, c’étaient tous les lapins, et le cor- beau y était venu aussi comme curé pour unir les époux, et le renard était le sacristain, et l’autel sous l’arc-en-ciel.

Mais la fillette se sentait triste : elle était toute seule.

Arrive le petit lapin, qui lui dit :

  • Viens servir ! Viens servir ! Les invités sont gais !

La fiancée ne dit rien. Elle pleure. Petit lapin s’en va. Petit lapin revient.

  • Sers-les donc ! lui dit-il. Sers-les donc ! Les invités sont affamés !

La fiancée ne dit rien. Elle pleure. Petit lapin s’en va. Petit lapin revient.

  • Sers enfin ! lui dit-il. Sers enfin ! Les invités vont s’impatienter !

La fiancée ne dit toujours rien ; alors petit lapin s’en va. Elle fait une poupée de paille, qu’elle habille de ses vêtements, lui met une cuillère de bois dans la main, la pose devant la marmite au millet, puis s’en retourne chez sa mère.

Petit lapin revient encore une fois en criant :

  • Vas-tu servir ? Vas-tu servir ?

Il se précipite sur la poupée de paille et lui frappe un coup sur la tête, qui lui fait tomber son bonnet.

Il s’aperçoit alors que ce n’est pas sa fiancée et s’éloigne ; et il est tout triste.

À propos de cette édition électronique Texte libre de droits. Corrections, édition, conversion informatique et publication par le groupe :  Ebooks libres et gratuits 16 février 2004
Plusieurs contes ont été mis à disposition de tous par Cathe- rine Soulat sur le site http://www.julesferry.com
Les livres que nous mettons à votre disposition, sont des textes libres de droits, que vous pouvez utiliser librement, à une fin non commerciale et non professionnelle. Tout lien vers notre site est bienvenu...
Les textes sont livrés tels quels sans garantie de leur intégrité parfaite par rapport à l'original. Nous rappelons que c'est un travail d'amateurs non rétribués et que nous essayons de pro- mouvoir la culture littéraire avec de maigres moyens.
Votre aide est la bienvenue !
VOUS POUVEZ NOUS AIDER
À FAIRE CONNAÎTRE
CES CLASSIQUES LITTÉRAIRES.

Contes...

Un homme avait sept fils et aucune fille, alors qu'il désirait vraiment en avoir une. Mais un jour, sa femme le combla de joie en donnant enfin naissance à une fille. La joie des parents fut immense, mais hélas, le bébé était si petit et si chétif qu'on jugea nécessaire de le baptiser de toute urgence. 

Le père envoya vite un de ses fils à la source afin qu'il y puisât l'eau du baptême, mais les six autres l'y suivirent et comme chacun voulut être le premier à puiser, la cruche tomba à l'eau. Les sept garçons restèrent là, ne sachant que faire et n'osant s

...

Accès membres