Conteuse depuis quelques années, elle a le doux accent de l'Italie et raconte avec son coeur.

Contes...

Tous les matins, un paysan chinois allait chercher de l’eau à la rivière. Il remplissait deux jarres qu’il suspendait aux deux bouts d’un solide bâton posé sur ses épaules.

Mais l’une des jarres était fêlée et l’eau gouttait le long du chemin. La jarre en était affligée. Elle en soufrait, car elle avait le sentiment de ne pas accomplir correctement ce pour quoi elle était faite. Aussi, un jour, elle demanda pardon au paysan. 

De quoi dois-je donc te pardonner ? s’étonna-t-il.

Tu le sais bien, répondit-elle, je suis fendue et je ne rapporte à ta maison que la moitié de ce que tu as puisé. J’ai honte de moi

...

Accès membres