Menu

Réseaux sociaux

Réseaux sociaux

Un hippopotame traversait un marigot lorsque, soudain, l’un de ses yeux se détacha et tomba au fond de l’eau. L’hippopotame se mit alors à chercher de tous côtés. Il tournait et retournait sur lui-même, fouillait à gauche, à droite, devant et derrière lui. Mais il ne trouvait pas trace de son œil. 

En le voyant faire, les oiseaux du fleuve ne cessaient de lui crier :

  • Calme-toi ! Mais calme-toi donc !

Mais l’hippopotame affolé ne les entendait pas. Il lui fallait absolument retrouver son œil perdu.

Alors, les poissons et les grenouilles joignirent leurs voix à celles des oiseaux :

  • Calme-toi, hippopotame ! Mais calme-toi donc !

Finalement, l’hippopotame finit par les entendre. Il s’immobilisa et les regarda.

Aussitôt, la vase et la boue qu’il soulevait en pataugeant se posèrent au fond du marigot. Et entre ses pattes, dans l’eau redevenue claire, l’hippopotame aperçut son œil. Il le ramassa et le remit à sa place.

Michel Piquemal, Philippe Lagautrière, Les Philofables, © éd. Albin Michel.

Contes...

Il était une fois un ermite qui méditait depuis de longues années dans une hutte construite sur le flanc d’une haute montagne. À l’abri de la pluie et du soleil, vivant en ascète, loin de l’agi- tation et de la folie des hommes, il avait enfin trouvé la sérénité. 

Un jour, il reçut la visite d’un villageois installé dans une vallée voisine.

Je suis ici au nom de tous les habitants de mon village pour te demander conseil, dit-il. Tu n’ignores pas que c’est la deuxième année consécutive qu’il pleut aussi peu dans la région. La dernière récolte a été bien maigre et nous n’avons plus grand-chose à ma

...

Accès membres